Nouveau pacte de développement et meilleurs emplois

Subventions pour l’emploi de personnes handicapées et pour l’émersion du travail illégal dans le secteur agricole et forestier.

Grosseto : Ils figurent parmi les priorités du « Nouveau pacte pour le développement et des emplois plus nombreux et de meilleure qualité en Toscane », signé par les partenaires sociaux le 30 mars 2004. Il s’agit de l’emploi des handicapés physiques et mentaux, et de l’émergence du travail illégal dans les secteurs agricole et forestier.

Deux initiatives qui, bien que très différentes l’une de l’autre, entendent apporter des réponses concrètes en matière d’emploi, de lutte contre le malaise social, d’intégration.

Avec cet objectif en tête, la province a mis en œuvre une série d’initiatives au cours de l’année 2007 et a publié deux appels à propositions : l’un pour l’octroi de subventions aux entreprises qui ont l’intention d’embaucher des personnes handicapées à durée indéterminée ; l’autre pour les entreprises du secteur agricole et forestier qui embauchent des travailleurs à durée indéterminée ou qui stabilisent les contrats saisonniers.

Un total de plus de 400 000 euros a été alloué à ces deux initiatives. Découvrez les détails :

Handicapés

Dans ce cas, la cible de l’appel à propositions sont les personnes qui ont besoin d’un soutien pour entrer sur le marché du travail. Il s’agit, en fait, d’une intervention visant à encourager les employeurs à embaucher des personnes handicapées, selon la logique de l’emploi ciblé, avec une contribution de 5 000 € à l’appui d’un recrutement permanent.

La contribution peut être augmentée jusqu’à 7 mille 500 euros en cas d’emploi de personnes handicapées ayant des difficultés particulières d’intégration (personnes handicapées mentales, intellectuelles, sensorielles, physiques avec de graves problèmes de marche). L’appel à candidatures est financé par des ressources régionales d’un montant de 232 mille euros (Plan opérationnel régional Ob. 3 FSE 2000/2006, Région Toscane).

« Cette initiative explique la conseillère pour les politiques de l’emploi, Cinzia Tacconi, clôt une série d’actions commencées en 2007, que la Province a adressées aux personnes et aux entreprises pour éliminer les obstacles entre les personnes handicapées et le droit au travail. Au total, y compris l’annonce que nous venons de publier, nous avons investi plus de 500 000 euros en 2007 pour lutter contre la discrimination qui touche les personnes défavorisées sur le marché du travail. Ce qui est une des priorités de l’Union européenne et fait l’objet d’une loi italienne spécifique, la 68/99 ».

En effet, plusieurs projets spécifiques ont été activés, parmi lesquels les « Chemins de la guérison pour les personnes touchées par la maladie mentale », pour lesquels la Province a alloué 70.000 euros (50.000 financés par la Fondation Monte dei Paschi). A cette somme s’ajoutent les ressources communautaires avec lesquelles la Province finance la consultance spécialisée (182.700 euros pour 4.350 heures de consultance) et le soutien à la création d’emplois dans les coopératives sociales de type « B » (100.000 euros), qui représentent un premier seuil d’accès au monde du travail en vue d’une insertion dans une entreprise traditionnelle.

Parmi les autres initiatives en 2007, environ 113 000 euros ont été alloués pour soutenir la formation professionnelle dans les entreprises, par le biais de contributions pour les entreprises qui lancent des programmes d’intégration professionnelle ou présentent des projets d’élimination des barrières architecturales et d’adaptation du lieu de travail, visant à l’embauche permanente de personnes handicapées.

Les nouveautés de tous ces projets

« L’une des nouveautés de tous ces projets, explique la conseillère pour le travail et les politiques sociales, Cinzia Tacconi, concerne les caractéristiques de notre système entrepreneurial. Ils ne sont pas, en effet, calibrés uniquement sur les besoins des personnes ayant des problèmes mentaux, mais aussi sur le type et la taille des entreprises de Grosseto. Quatre-vingt-dix-sept pour cent des entreprises locales ont moins de 10 employés, il est donc impensable de satisfaire la demande légitime de travail des handicapés avec les seuls quotas obligatoires établis par la réglementation.

L’objectif qu’ils se sont sommes fixé en tant que Province est d’élargir les possibilités d’insertion au-delà des obligations légales, en essayant d’affirmer le principe constitutionnel du droit au travail, à travers lequel passe la possibilité réelle d’autonomie des personnes défavorisées. Pour cette raison, les personnes handicapées doivent avoir la possibilité de bénéficier d’un soutien spécifique et personnalisé dans la recherche d’une profession et d’une orientation professionnelle ».

 

 

Entrepreneurs : 4 fausses croyances
Définition et modèle du partage de l’emploi